Cameroun : prestataires et soumissionnaires à l'école

publié le 8 déc. 2016 à 07:11 par Ludovic Myhie

Une formation ouverte depuis lundi à Yaoundé , sous le patronage du MINMAP.

Expert en marchés publics et qualifié de leader en France, le cabinet conseil PYXIS SUPPORT a entamé lundi à Yaoundé, un séminaire de formation de trois jours à l’intention des prestataires et soumissionnaires des marchés publics au Cameroun. Sur l’opportunité d’une telle entreprise, Ludovic Myhie, président de PYXIS SUPPORT dit avoir noté que le Cameroun est rentré dans la dématérialisation des mécanismes de passation des marchés publics, un domaine dans lequel son cabinet bénéficie d’une expertise reconnue pour former à la professionnalisation des acteurs. Il indique par ailleurs qu’« une entreprise qui sait rédiger une offre technique et financière a de fortes chances d’être sélectionnée ou tout au moins présélectionnée. Or, l’expérience a montré que plus de 90% d’entreprises soumissionnaires sont disqualifiées pour des insuffisances dans la présentation des dossiers ». Une difficulté que PYXIS SUPPORT espère résoudre avec cette formation dont la seconde séance sera organisée prochainement à Douala.
Toutes ces formations sont patronnées par le ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics (MINMAP). Abba Sadou a effectivement présidé la cérémonie d’ouverture du séminaire de formation, par une leçon inaugurale sur le thème : « La politique de professionnalisation et de bonne gouvernance dans le secteur des marchés publics au Cameroun ». L’on retiendra que le processus de catégorisation des entreprises prestataires et soumissionnaires des marchés publics est en cours. Entre temps, « la décision de suspendre les entreprises défaillantes va désormais s’étendre à la suspension des promoteurs qui, jusqu’ici, ont l’habitude de changer d’appellation pour revenir saper les performances attendues », a regretté Abba Sadou. Sur les lenteurs dans l’exécution des marchés, le MINMAP avoue que les torts sont partagés entre les entreprises et l’administration elle-même. « A ce niveau, un texte réglementaire est en cours de validation au niveau de la haute hiérarchie, lequel devrait déterminer les délais de traitement de dossier et de paiement des prestations à la minute près. C’est dire que les corrupteurs et tous ceux qui s’amusent à ralentir le système seront bientôt face à leurs responsabilités », a prévenu le ministre. 

Source : cameroon-tribune

Comments